Témoignages

Reportages

Un grand isolement non choisi, voilà ce qu’ont vécu les aidants selon une enquête parue ce 18 juin. Réalisée par le Collectif inter-associatif des aidants familiaux (Ciaaf), elle montre aussi que leur premier besoin est de disposer de temps de répit. D’où la proposition de créer des chèques répit, sur le modèle des chèques vacances. Objectif : apporter un soutien le plus souple possible.

Des établissements qui ont fermé leurs portes, certaines prestations à domicile non assurées, des proches qui n’ont pu apporter l’habituel coup de main. Pendant les deux mois de confinement, les aidants se sont retrouvés plus isolés que jamais. Huit sur dix (79 %) disent que cet isolement s’est imposé à eux. D’ailleurs, durant ce printemps confiné, un sur deux (52 %) dit avoir aidé seul le proche accompagné, contre 33 % le reste de l’année.

Cette solitude non choisie dans le soutien à apporter à un proche est l’enseignement premier de l’enquête menée par le Collectif inter-associatif des aidant familiaux (Ciaaf). Il regroupe de nombreuses associations, comme l’Union nationale des associations familiales (Unaf), France Alzheimer, APF France handicap… Interrogés entre le 24 avril et le 25 mai, 1 032 aidants ont répondu, dont 66,9 % de parents, mais aussi 13,6 % de conjoints, 11,2 % d’enfants…

Grande fatigue morale et épuisement physique pour 3 aidants sur 4

Entre tâches ménagères et soutien scolaire, quel que soit leur lien de parenté avec la personne aidée, tous ont témoigné de la multiplication des tâches. Ainsi, 52 % ont aidé à la toilette plus souvent que le reste de l’année, 56 % se sont davantage investis dans les soins et la rééducation.

Avec des conséquences sur leur propre santé : 75,5 % reconnaissent une fatigue morale, 72,5 % un épuisement physique.

Des organisations familiales bouleversées

Cette période a aussi bouleversé les organisations familiales. À un point qui a surpris les commanditaires de l’enquête. Ainsi par exemple, seuls deux tiers de ceux qui travaillaient à temps plein ont pu poursuivre au même rythme. « Nous savions que les aidants étaient en difficulté, commente Bénédicte Kail, conseillère nationale éducation et familles à APF France handicap. Mais cette enquête nous permet d’établir les ordres de grandeur des charges supplémentaires qui ont pesé sur leurs épaules et de recueillir leurs besoins. »

Du répit à la carte pour les aidants

Le premier d’entre eux c’est le répit. Avec, comme corollaire, la nécessité de renforcer les aides à domicile et la possibilité de disposer de séjours de vacances adaptées. Mais le Ciaaf porte aussi une proposition d’innovation : des chèques répit. Ils auraient une valeur de 1 000 €, et une validité de 12 mois.

Ils permettraient aux aidants de financer à la carte l’aide dont ils ont réellement besoin, heures d’interventions à domicile, journée dans une structure de répit, etc. Difficile, pour l’heure encore, de savoir si cette proposition recevra ou non un écho favorable. Mais alors que plus d’un aidant sur deux (50,98 %) voit dans la lourdeur administrative un frein à l’accès aux structures de répit, elle semble particulièrement pertinente.

Union départementale des associations familiales de Loire-Atlantique I 35 rue Paul Bert I CS 10509 I 44105 NANTES CEDEX 4
Nous contacter : 02 40 35 69 56 – aidants44@udaf44.asso.fr – Site internet www.udaf44.fr
conception-réalisation Altacom