Témoignages

Reportages

Que ce soit pour s’occuper d’un proche en perte d’autonomie, d’un enfant en situation de handicap ou d’un parent malade, le congé de proche aidant est souvent utilisé par les salariés, les fonctionnaires, ainsi que les travailleurs indépendants. En effet, il permet de suspendre son activité professionnelle de manière ponctuelle afin d’accompagner la personne en difficulté à temps plein.

Pour bénéficier du congé de proche aidant, plusieurs conditions doivent être respectées : le lien entre proche aidé et l’aidant en question, le niveau de perte d’autonomie ou le taux d’incapacité de la personne à accompagner, ou encore, leur lieu de résidence.

Les démarches pour demander un congé de proche aidant sont simples. Il suffit d’envoyer un courrier avec accusé de réception dans les délais imposés. Si c’est bien le cas, l’employeur ne peut pas refuser cette demande.

Pendant toute la durée du congé, la suspension du contrat de travail entraîne une absence de revenus. Toutefois, il est possible d’être indemnisé par la Caf ou la MSA. Il s’agit de l’Allocation Journalière du Proche Aidant (AJPA). Il peut également être envisageable d’instaurer un appel au don de jours de repos au sein même de l’entreprise, avec accord de l’employeur.

Pour tout savoir sur le congé de proche aidant, les conditions et les démarches pour en bénéficier, ainsi que les éventuelles aides financières, continuez votre lecture.

Union départementale des associations familiales de Loire-Atlantique I 2 impasse Espéranto I Saint-Herblain I 44956 NANTES CEDEX 9
Nous contacter : 02 40 35 69 56 – 02 51 80 30 19 I aidants44@udaf44.asso.fr – Site internet www.udaf44.fr
conception-réalisation Altacom